• Table Ronde - Les luttes étrangères

    Plan de l'intervention de Samie Essohanam

    Président CA de la CAMEM

     

    A/. LES LUTTES A L’ETRANGER : CAS TOGOLAIS ET AILLEURS

    • Au Togo

    Seules les luttes engagées par les nouveaux syndicats ont pu aboutir, les syndicats traditionnels de l’éducation étant des ailes marchandes du parti au pouvoir. Ainsi les résultats obtenus sont nombreux :



    • En 2012, l’USET (l’Union des Syndicats de l’Education du Togo) a arraché des primes de rentrée et de bibliothèque
    • En 2013, elle réclamait un statut particulier, mais n’a obtenu que la prime d’incitation à la fonction enseignante (PIFE) de 8000F CFA pour cadre B et 10000F CFA pour cadre A (soit 12 et 15 euros)
    • En 2014, récupération de ce syndicat, les négociations piétinent. Il a eu dissidence de certains membres et la CSET (Coordination des Syndicats de l’Education du Togo) est créée.

    Le gouvernement refuse de reconnaitre ce syndicat. Les grèves se sont multipliées et on a frôlé une année blanche. Résultats :

    • le PIFE est doublée,
    • une commission mise en place pour étudier les retenues de la CNSS durant plus de 10 ans d’auxiliariat,
    • suppression du corps des auxiliaires avec effet immédiat ;
    • mise en place de la commission pour la rédaction du statut particulier avec délai fin septembre 2017.

     

    • au Bénin :

     

    Les luttes ont permis d'améliorer les conditions de travail et sociales des enseignants. Sur le plan des conditions de travail on peut citer :

    • la reconnaissance de la particularité de l'enseignant par rapport aux autres travailleurs,  
    • l'amélioration des salaires même si c’est encore insuffisant,  
    • la facilité dans les avancements,  
    • le refus de l'avancement sur mérite qui pour nous serait entaché de la corruption,  
    • le passage de l'enseignant dans un autre corps à cinq ans de la retraite après étude de dossiers (Par exemple, il peut quitter le corps des instituteurs au corps des conseillers pédagogiques)
    • la dépolitisation des nominations en instituant la liste d'aptitude pour la fonction du directeur d'école
    • la lutte contre la privatisation de l'école qui commence à prendre une ampleur très inquiétante. 

    La lutte qui est maintenant en vue, est celle du décrochage de l'enseignement des autres secteurs pour appliquer facilement les statuts particuliers.

     

    B/. AVIS SUR LES EVALUATIONS DE TYPES PASEC

    L'évaluation de type PASEC (Programme d’Analyse des Systèmes Educatifs) de la Confemen (conférence des ministres de l'Education des Etats et gouvernements de la francophonie) est assez mitigée.

    • Elle identifie les problèmes mais est incapable d'apporter les solutions.
    • Ces recommandations sont loin d'apporter une amélioration aux systèmes éducatifs des pays.
    • Elle ne s’est jamais intéressée à ce qui se fait dans une salle de classe, Comme je l'ai signifié dans mon mémoire de sortie de l'ENS, vers les écoles où l'environnement d' apprentissage demeure traditionnel.

    Aujourd'hui, le PASEC veut valoriser les compétences, sans penser à la mise en place des socles communs de compétences.

    C' est comme si l'on mettait toujours la charrue avant les boeufs...

    Alors, qu'évalue-t-on ?

     

    Chaque pays doit adopter sa politique de développement de son système éducatif en tenant compte de ses réalités.

    « La poésie en questionsLES ENFANTS DU DEHORS – film documentaire – Mariette FELTIN »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :